Consulter le site en néerlandais Consulter le site en allemand Consulter le site en anglais
Texte en petite taille Texte en taille moyenne Texte en grande taille
Logo page d'accueil Imprimer la page en cours Logo Facebook

Vous êtes ici : Histoire locale de Soumagne

Histoire locale de Soumagne

Dernière mise à jour : 1 avril 2016


Histoire locale de Soumagne

Quelques liens intéressants...

Quelques références bibliographiques

  • Bovy Fernand - La saga de la vie quotidienne de Soumagne du crépuscule de l'Ancien régime à l'aube du IIIe millénaire - Cercle historique de Fléron, 1991.
  • Dortu Jean - Cerexhe-Heuseux au temps jadis - Cercle historique de Fléron, 1978.
  • Fagard Sylvia - Soumagne, histoire et histoires - Editions du Centre culturel de Soumagne, 2003.
  • Franck Benoît - Le domaine provincial de Wégimont - Ministère de la Région wallonne ( Carnets du patrimoine, no9), 1995.
  • Franck Benoît - Le charbonnage du Bas-Bois : un siècle d'exploitation minière à Soumagne - Centre culturel de Soumagne, s.d.
  • Polus Patrick - Historique du fort d'Evegnée - Centre culturel de Soumagne, s.d.
  • Une section « Histoire locale » est en cours de constitution.

Pour plus d'informations au sujet de ces ouvrages, nous vous invitons à contacter l'équipe de la bibliothèque Pari-Jeunes Soumagne ou à consulter leurs pages sur ce site.

Petite histoire de Soumagne racontée au Père Noël

Texte intégral du spectacle « sons et lumières » organisé au domaine provicial de Wégimont le 19 décembre 1999.

Dj'a co oyou ine clapante îdêye èdon mi ! Vola qui n'èst nin åhèye, la qu'dji n'so pus tot djône. (Houlala J'ai encore eu là une bonne idée, Voilà qui n'est pas simple, eu égard à mon grand âge.)

Holà, Qui va là, je vous prie ? Qui êtes-vous ?

N'el vèyéve nin bin ? Dji so l'Pére Noyé èdon ! (Ben ça ne se voit pas ? Je suis le Père Noël, pardi !)

Ca ne me dit pas ce que vous faites en mes lieux

C'è-st-assez ,dîre dj'aveû tchûzi l'tchèstê po catchi tot çou qu'dj'apwète å éfants d'Soumagne et dès viyèdjes tot åtoû. Vos n'î vèyez rin à dîre sûrmint ? (C'est assez dire que Je voulais faire du château ma réserve à jouets pour tous les enfants de la région de Soumagne. Vous n'y voyez pas d'objection, je suppose ?)

Que nenni puisqu'il est question d'apporter du bonheur à tous les enfants de ma contrée. Ceci dit, vous auriez dû m'avertir de votre arrivée. Je vous aurais ouvert toute grande ma porte d'entrée. ça vous aurait évité une telle escalade et de vous démettre les vieux os qui vous servent de charpente

Vîs-ohês, vîs-ohês, vis av'måy riloukî i-n-on mureû vos ? Vos n 'mavisez pus si djône nin pus. (Vieux os, vieux os, Regardez-vous ! Vous ne m'avez guère l'air tout jeune.)

En effet, Je me demande même si je ne suis pas plus âgé que toi. Ceci dit, nous n'avons pas fait les présentations. Je suis un château.

Dji v'rimècih ! Dji l'aveû bin vèyou. (Merci, j'avais constaté)

Ne m'interromps pas, Père Noël. Je suis le château du domaine provincial de Wégimont. Avant de te livrer mes greniers en guise de hotte à jouets, je t'invite à me connaître, je t'invite à découvrir l'histoire de ma contrée à la veille du passage à l'an 2000. Mais au fait, puisque tu es des nôtres, si tu t'occupais de la musique, les chansons de Noël, ça te connaît.

Quéne tchance ! Tot çou qu'dj'inme ! Rawårdez, rawårdez, qui m'graphophone seûy prèt ! (Chic, j'adore ça, attends, attends, j'allume mon gramophone.)

Parfait, maintenant ouvre bien grandes tes oreilles, l'homme en rouge et surtout Regarde !

Le nom de Soumagne est apparu sur terre en 915 : le roi carolingien Charles le Simple fait don à l'église Saint-Lambert de Liège d'une forêt qui s'étend jusqu'à la rivière de Soumagne.

Au 13è siècle et jusqu'au 19è, notre village s'appelle "Soumagne les Moines" parce que les moines Prémontrés de Liège possédaient des terres par chez nous et ont même nommé un curé dans notre village. Il faut dire qu'à l'époque, Saint Hadelin s'appelait "Soumagne Saint Halent". Il faut bien s'y retrouver !

D'mande èscuse, tchèstê, mins qui dit prièsse dit èglise et qui dit èglise dit grantès ôrs. (Excuse-moi le château, mais qui dit curé dit église et qui dit église dit grandes orgues.)

Les six communes qui composent Soumagne aujourd'hui n'ont pas toujours connu la même histoire, malgré leur proximité. Des pierres taillées, des urnes funéraires gallo-romaines et surtout la voie romaine, qui va d'Arlon à Visé en traversant notre village, sont autant de preuves d'une très ancienne occupation de la commune : les Eburons, les Romains, et les Carolingiens se sont succédé sur notre territoire !

En fait, si les six communes ont toutes fait partie de l'empire carolingien de Charlemagne. Elles ont toutes été données, après l'an 1000, à un Evêque ou à un petit seigneur envers lequel l'Empereur germanique avait quelques dettes. C'était pratique courante, à l'époque. Presque toutes les possessions de l'Empereur ont ainsi été istribuées avec largesse, puis finalement reprises.

Quand on y regarde bien, seule Tignée n'appartiendra jamais au domaine des Princes Evêques de Liège. Dès le milieu du 11è siècle, c'est le monastère d'Uber Wasser à Munster qui bénéficie de l'usufruit de Tignée et cela, jusqu'en 1593, quand le seigneur Mathieu de Monsen s'affranchit alors de cette dépendance et déclare la seigneurie de Tignée "franche et indépendante". Elle le restera jusqu'à la fin de l'Ancien Régime.

Adon on trin élètrique, deûs popes, ine "playstation" come on dit asteûre. (Alors, un train électrique, deux poupées, une playstation comme on dit maintenant)

Holà, le Père Noël, si ce que je raconte ne t'intéresse pas, dis-le.

Siya, siya, tot a fêt, mins nos èstans l'dih-noûf di décimbe èt i sèreût timps qui dj'tûze à fè m'tournêy ! (Si, si, absolument, mais nous sommes le 19 décembre et il est grand temps que j'organise ma distribution !)

Fort bien, je te laisse à tes jouets pour en revenir à la grande Histoire Evegnée et Micheroux-Hasard seront incluses dans la Principauté en 1288. Jusque là, elles faisaient toutes deux partie du Domaine de Jupille qui a été donné en 1008 par Henri II à l'Evêque de Verdun. Un de ses successeurs le cédera en 1266 à la Cathédrale de Liège qui le donnera en 1288 aux Princes-Evêques.

Direction Melen. La commune a été cédée à la Collégiale Saint-Denis de Liège. Elle avait le devoir de protéger militairement ses territoires, mais lorsque les Ducs de Brabant envahirent le Duché de Limbourg à la fin du 13è siècle, elle se lasse de supporter son patrimoine à grands frais et vend ses droits de souveraineté sur Melen au Prince-Evêque de Liège.

Remarque, Soumagne a aussi été donnée par Henri II à la Collégiale Saint Adalbert d'Aix-la-Chapelle qui, très rapidement, cède ses droits à de petits seigneurs locaux, les De Fécher. Ceux-ci les conserveront jusqu'au 13è siècle quand ils vendent au Prince-Evêque de Liège qui fait don de l'usufruit aux moines Prémontrés de Cornillon qui les rétrocéderont au prince en 1288.

Tchèstê, tchèstê, dji vin di r'trover ine plaque qui tchante Noyé. (Château, château, je viens de retrouver un disque de XXX qui chante Noël.)

Le Père Noël "disc-jockey"; je rêve (extrait musical)

Ah cette chanson, y a pas à dire, ça crée l'ambiance, j'en étais à Cerexhe-Heuseux.

Awè, awè, c'èst là qu'on done "le festival Country". (Oui, oui, là où se déroule un festival Country.)

Ne sois pas stupide… nous sommes au 10è siècle… le Chapitre de Saint Pierre à Liège, Seigneur de Cerexhe-Heuseux, nomme un laïc à la tête de la seigneurie… En 1300, elle passe aux mains du Châtelain de Dalhem… Il faudra attendre l'an 1700 pour que la commune fasse partie de la principauté des Princes-Evêques.

De son côté, Ayeneux appartenait à la collégiale d'Aix-la-Chapelle sous Charlemagne… En 1613, elle vend la commune et l'avouerie de Fléron au seigneur de Bucquoy qui, en 1626, la revend à la principauté de Liège…

Dès ce moment, les communes vont connaître les mêmes événements historiques, liés à l'histoire générale de notre région ; notre région qui faisait alors partie des Pays-Bas autrichiens.

En 1792, les Français assiègent Liège et abolissent l'ancien Régime… Les Autrichiens les repoussent et, finalement, en 1795, la Principauté devient département de l'Ourthe… et nos communes s'intègrent dans le canton de Fléron.

Après les défaites et l'abdication de Napoléon, les Pays-Bas sont reformés. Notre région en fait partie et le régime hollandais s'installe jusqu'en 1830…

C'è-st-a n'nin creûre ! (Incroyable !)

Pardon ?

C'è-st-à n'nin creûre ! Dji vin dè r'trover ine plaque trinte-treûs toûrs. (Incroyable… je viens de retrouver un microssillon.) (extrait d'un chant de Noël)

Cet intermède musical vous était offert par le Père Noël… Je n'en crois pas mes oreilles…

Nous sommes en 1830 et la Belgique fête son indépendance… La situation politique et économique qui s'instaure n'est pas très favorable aux artisans et aux paysans qui peuplent nos campagnes…

Les responsables politiques sont élus directement par les propriétaires fonciers… il faudra attendre 1921 pour connaître les élections au suffrage universel… Enfin, on n'est pas encore là ! … En 1830 donc, le système en place consacre la liberté d'établissement et d'entreprise.

D'accord, mais il maintient l'interdiction pour les ouvriers de présenter des revendications collectives et même d'arrêter le travail.

Bin hoûtez bin ! Dji n'a måy oyou îdêye di taper djus, mi. (Ben, ça alors… je n'ai jamais eu envie d'arrêter le travail, moi.)

Oui… mais toi tu ne travailles qu'une fois par an…

D'acwèrd… dji n'a nin sûr à m'plinde. (Autant pour moi… c'est vrai que je n'ai pas à me plaindre.)

Jusqu'alors, ma contrée préservait son aspect rural et campagnard, avec de nombreuses cultures…

Ces deux facteurs économiques et sociaux, le sous-sol carbonifère et la forte densité de population vont en favoriser le développement industriel.

Ici, on vivait du travail du fer et de la clouterie en particulier… Enfin, quand je dis qu'on vivait de la clouterie… on en vivait mal, mais on en vivait … Sauf les marchands… eux, ils en vivaient bien puisque les cloutiers étaient à leur merci… C'est à cette époque qu'apparaissent les "marchotès", des intermédiaires entre les cloutiers et les marchands…

Ils vont mettre en vigueur un truck-system assez avantageux pour eux : ils payaient les artisans avec les denrées nécessaires à la survie de la famille, j'ai bien dit "survie".

Tiens,… je me souviens,… le jour de la Saint Eloi, on s'adonnait à une drôle de compétition : la "jetterie"… les jours du mardi gras, c'était "El berluadje… (siffler) Dji m'a tofer bin plêt avou tos ces djeûs là. (Génial, … j'ai toujours adoré ces joutes.)

D'autant qu'elles faisaient l'objet de paris et qu'elles étaient prétexte à une beuverie puisque les cloutiers perdant offraient le pèket aux vainqueurs…

Je te reconnais bien là, Père Noël… assidûment porté sur la dive bouteille…

S'fåt bin warandi po l'freûd ! (Faut bien se préserver du froid !)

Je n'en doute pas…

Au 18è siècle, des sociétés charbonnières s'installent sur notre territoire et exploitent le sous-sol… il faut dire qu'il est particulièrement riche… Si la "Belle fleur" et les terrils demeurent la dernière trace de cette activité, elle n'en a pas moins été particulièrement présente dans notre commune durant le 19è et au début du 20è siècle…

Halte dès pids qavez là ! tchestê… L'istwère del hoye c'è-st-ine saqwè qui m'a tofer vin plêt… èt là qu'dji so grand signeur, dji t'lê sofler … li timps d'on noyé. (Tu vas un peu vite en besogne, le château… l'histoire de la houille m'intéresse beaucoup… et, comme je suis grand seigneur, je te laisse reprendre tons souffle le temps d'une chanson de Noël.)

L'histoire de la houille t'intéresse disais-tu… Fort bien je continue donc mon histoire.

Avant l'essor de l'exploitation par les sociétés charbonnières, le sous-sol était déjà exploité par beaucoup de particuliers qui se chauffaient au charbon, grâce à un petit puits creusé derrière la maison… On retrouve des traces d'extraction à la fin du 16è siècle : la famille Crahay fournissait déjà les forges des cloutiers de la région… Au 18è, quelques concessions et petites exploitations se partagent le sous-sol… A la fin du 19è, deux grandes sociétés charbonnières prendront le monopole : la société Maireux-Bas-Bois de la famille Crahay et la société du Hasard-Micheroux… Seul le charbonnage du Bois de Micheroux restera indépendant jusqu'à sa fermeture en 1958 et le charbonnage de Wergifosse sera racheté par celui de Wérister tandis que la société du Hasard – Micheroux rachètera les concessions restantes…

Comme tu t'en doutes, les charbonnages ont occupé une place prépondérante dans la vie de ma commune… Micheroux, par exemple, n'était qu'un hameau avant l'ouverture du charbonnage et est ensuite devenu un centre de grande activité économique et industrielle… Pour attirer la main d'œuvre vers les charbonnages, les directeurs de société n'hésitent pas à construire des maisons pour loger les mineurs et leur famille, des magasins et des lieux de loisirs…. Le directeur du Hasard, par exemple, fera construire l'Hôtel Louise en 1872 : il s'agit d'un bâtiment permettant de loger jusqu'à 200 ouvriers… Il est doté d'une bibliothèque, d'une salle de sport, de réfectoires, de lavoirs, de magasins d'alimentation… Ailleurs, on construit de petites maisons pour les mineurs… Le principe était très simple : en plus du salaire, le patron offrait le logement… donc, si plus de travail, plus de maison… En plus, comme les sociétés détenaient les magasins, il était facile de soustraire une partie du salaire des ouvriers pur leurs achats… un peu à l'image du truck-system instauré par les "Marchotès"…

Les houyeûs åreut d'vou taper hatch èt match là ! (Les mineurs auraient du faire grève !)

Ils le feront… La première aura lieu le 4 septembre 1875 au Charbonnage du Hasard…

Dihez don… dj'a-st-ètindou dîre qui lès houyeûs avît leûs fièsses… (Tiens, au fait… j'ai entendu dire que les mineurs avaient leurs fêtes…)

Exact… La Sainte Barbe et la Saint Léonard… Le pèket y coulait à flots.

Tu sais, Père Noël, au 19è siècle, les idées nouvelles et révolutionnaires arrivent dans nos campagnes. Le Parti Ouvrier belge et des syndicats sont peu à peu créés… et aussi des coopératives… Le sort des mineurs et de tous les ouvriers s'améliorent enfin !

Sur le territoire de ma commune on recensera cinq magasins coopératifs, quatre maisons du peuple… En 1901, la société pharmacie populaire "La sauvegarde" sera créée par onze travailleurs de Soumagne et Ayeneux… Le 26 août 1915, la coopérative de production de Micheroux s'installe à la place de la siroperie Trixhon… Outre le sirop, elle va fabriquer des confitures, de la moutarde, du chocolat, du cirage et même des chaussures…

Tiens, quand j'y réfléchis bien… finalement, je ne t'aurais pas trop parlé de moi…

Insi, vos vèez ! "charité bien ordonnée ne commence pas toujours par soi-même.". (Comme quoi : charité bien ordonnée ne commence pas toujours par soi-même.)

Ceci dit, je vais tout de même t'expliquer pourquoi tu n'aurais pu choisir meilleur grenier pour entreposer tes jouets…

Dès le 14 è siècle, il existait probablement un donjon et des dépendances … Dame Oude de Wégimont en aurait été propriétaire… Fin du 15è, je devins la propriété de la famille Fisenne… Au début du 16è , j'abrite Thierry de Rosey… En 1610, Charles – Ernest de Lynden se marie avec Catherine de Duyn de Rosey qui amène le château dans sa dot… c'est elle qui fera ériger la chapelle des Carmes où elle et son mari seront enterrés… Cette chapelle servira d'église aux habitants d'Ayeneux jusqu'en 1876… En 1756, la famille d'Oultremont devient propriétaire de tout le domaine… elle le restera jusqu'en 1920, date à laquelle elle en fera donation à la province de Liège… En 1937, la Députation permanente décide de faire de moi un centre de loisirs avec piscine, parcs, étangs, camping et plaine de jeux pour la classe ouvrière… On est, en effet, à l'époque des premiers congés payés.

Tu sais Père Noël… au cours de mon existence, j'ai fait l'objet de pas mal de destructions et de transformations… En 1636, je suis en partie détruit lors d'un conflit de classes sociales qui oppose les Grignoux, c'est à dire les forces ouvrières et les Chiroux , les nobles et bourgeois… En 1964, un violent incendie anéantit ma partie centrale et la moitié de mes ailes nord et sud… Je fus en partie reconstruit dans les mêmes matériaux, la pierre calcaire et la pierre de taille qui provenaient des carrières de la région…

Durant la seconde guerre mondiale, les Allemands me réquisitionneront et, en 1943, ils installeront une maternité un peu spéciale "un lebensborn" : les mamans qui venaient accoucher, surtout des femmes de soldats allemands, acceptaient que leur bébé soit directement pris en charge par l'armée allemande.

A la Libération, les Américains feront de moi successivement, un camp pour prisonniers allemands, un pénitencier pour soldats noirs rebelles et enfin un centre de repos pour soldats américains revenant du front.

Quène vicårèye ! (Quel vécu !)

Ca tu peux le dire … et encore… ce n'est pas tout… je vais franchir le cap du millénaire, au cœur d'une commune résolument tournée vers l'avenir… de façon à s'inscrire activement au sein d'une Europe libre et unie !

Dji n'rawård'rè nin disqu'a là po d'ner tos mès cadôs… Ho, ho… advinez çou qu'dji vin di trover so m'hamê.. dès feûs d'årtifice. Dji v'deû bin çoula, techstê! Et asteûre, fez pèter lès tchambes ! (Houlala… je n'attendrai pas jusque là pour terminer ma distribution de jouets…Oh, oh… devine ce que je viens de trouver dans mon traîneau… des feux d'artifices… je te dois bien ça mon château.)

Et maintenant, que la fête commence !

Recherche dans le site

Maison communale

Avenue de la Coopération, 38
à 4630 Soumagne

T. 04 377 97 97
Envoyer un message

Du lundi au vendredi
de 8 h 30 à 11 h 30
et de 13 h 30 à 16 h 30
Permanence population
Le premier jeudi de chaque mois de 16 h 30 à 18 h 30
sur rendez-vous
Samedi de 9 heures à 11 h 30

Services communaux
Permanences et fermetures

Emploi

Service lié à cette page

Tourisme

T. 04 377 97 42 - Mail

Tout savoir sur ce service

Outils et services

Gestion participative

Publications

le fil de l'information

Vous pouvez nous suivre sur nos pages Facebook et Twitter ou recevoir l'information directement via notre newsletter.

La page Facebook de Soumagne Soumagne sur Twitter La newsletter de Soumagne


nos autres sites Web

galerie photos

Tous les reportages photographiques


Les labels et chartes de notre commune

La commune de Soumagne est dotée de nombreux labels de qualité de vie tels que « Commune à bras ouverts », « Commune Maya » ou encore « Handicity ». Elle a également adopté plusieurs chartes telles que « la charte de l'égalité des chances » ou « la charte en matière de lutte contre le dumping social »

Soumagne, commune à bras ouverts Soumagne, commune Maya Soumagne, Handicity Charte de l'égalité des chances

publications

Le Spot, Soumagne infos, Soumagne initiatives, l'Agenda sport, etc... sont les diverses publications et brochures réalisées par les services de la commune de Soumagne.


liens utiles

Les agents de votre administration ont sélectionné une liste de liens utiles classés par thèmes afin de rendre votre navigation encore plus aisée.