Consulter le site en néerlandais Consulter le site en allemand Consulter le site en anglais
Texte en petite taille Texte en taille moyenne Texte en grande taille
Logo page d'accueil Imprimer la page en cours Logo Facebook

Vous êtes ici : Actualités

Violence conjugale et intrafamiliale

Postée le 3 avril 2020

Les service d'aide restent disponibles malgré les mesures de maintien au domicile

La Task force « Violence conjugale et intrafamiliale », mise en place par la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Wallonie, la Région de Bruxelles-Capitale et la Cocof, pour répondre aux risques d’amplification des problèmes de violence dans cette période de crise sanitaire et de maintien à domicile, rappelle que des services d’aide sont disponibles.

Le maintien sous le même toit des victimes et auteurs de violences rend les possibilités d’appel aux services d’aide plus difficiles et compliquées que d’habitude. Il est donc important d’assurer une plus grande communication des numéros de téléphone et sites internet mis à disposition des victimes, des auteurs, de leurs proches ainsi que des professionnels en difficulté.

Ceux-ci sont spécifiques en fonction des situations vécues et rencontrées :

  • En cas d'urgence médicale, appelez le 112 (ambulance et pompiers).
  • En cas d'urgence nécessitant une protection, appelez le 101 (police).
  • En cas d'idées suicidaires, appelez le Centre de prévention au suicide au 0800 32 123 (7j/7 et 24h/24).
  • En cas de violence sexuelle (adulte ou enfant), vous pouvez vous rendre 7j/7 et 24h/24 dans le Centre de prise en charge des violences sexuelles (CPVS) le plus proche (Bruxelles, Liège, Gand) ou aux urgences hospitalières près de chez vous.
  • Vous vivez une situation de violence conjugale et vous avez besoin de soutien (en tant que victime, auteur ou professionnel). Appelez la ligne gratuite Ecoute violences conjugales au 0800 30 030 ou envoyez un message via le chat sur ecouteviolencesconjugales.be. Des lignes d’écoute en 22 langues étrangères sont également à disposition : Ella et FMDO.
  • Vous craignez d’avoir des comportements violents envers votre partenaire ou vos enfants ? Contactez les professionnels de Praxis.
  • Vous avez besoin de parler, appelez Télé-Accueil au 107 (7j/7 et 24h/24).
  • En tant que parent, vous vous sentez épuisé-e ou à bout, épuisement parental, appelez SOS Parents au 0471 414 333 (7j/7, de 8h. à 20h).
  • Vous avez connaissance d’une situation de violence sur un enfant (négligence grave, violence psychologique, physique ou sexuelle) appelez l’équipe SOS Enfants de votre région pour signaler la situation, ou appelez la ligne Ecoute-Enfants au 103 pour demander conseil (9h à minuit, 7j/7).
  • Vous avez été victime de violence sexuelle, appelez SOS Viol (pour adulte et adolescent-e) au 0800 98 100 ou envoyez un message via le chat des CPVS sur violencessexuelles.sittool.net/chat (ouverture 15h/semaine, voir horaires sur le site).

Toutes les actualités

Recherche dans le site

Maison communale

Avenue de la Coopération, 38
à 4630 Soumagne

T. 04 377 97 97
Envoyer un message

Du lundi au vendredi
de 8 h 30 à 11 h 30
et de 13 h 30 à 16 h 30
Uniquement
sur rendez-vous

Permanence population
Le premier jeudi de chaque mois de 16 h 30 à 18 h 30
sur rendez-vous
Samedi de 9 heures à 11 h 30

Fermeture à venir :
21 juillet 2020

Services communaux
Permanences et fermetures

Emploi

Publications

Outils et services

Gestion participative

Le fil de l'information

Vous pouvez nous suivre sur nos pages Facebook et Twitter ou recevoir l'information directement via notre newsletter.

La page Facebook de Soumagne Soumagne sur Twitter La newsletter de Soumagne

Les labels et chartes de notre commune

La commune de Soumagne est dotée de nombreux labels de qualité de vie tels que « Commune à bras ouverts », « Commune Maya » ou encore « Handicity ». Elle a également adopté plusieurs chartes telles que « la charte de l'égalité des chances » ou « la charte en matière de lutte contre le dumping social »

Soumagne, commune à bras ouverts Soumagne, commune Maya Soumagne, Handicity Charte de l'égalité des chances